Présentation de Fréland

paturage-p-presentationLa commune de Fréland représentée par son Maire, Monsieur Jean-Louis BARLIER, se situe dans la vallée de Kaysersberg à 20 minutes de Colmar et fait partie du canton de Ste Marie aux Mines. Commune de montagne et village d’agriculture, Fréland est riche de la tradition Welche.

Le village est situé à 330 mètres d’altitude. 1411 habitants peuplent notre charmant petit village. Fréland s’enracina au cours des siècles dans ce pays fait de montagnes, de prairies entourées de magnifiques forêts de sapins et de pins. Son plus haut sommet, Le Brézouard, culmine à 1229 mètres. Le col de Fréland pour sa part culmine à 831 mètres et permet d’accéder à Aubure, Sainte-Marie-aux-Mines et Ribeauvillé.

Aujourd’hui, le circuit international de randonnée (GR5) longe les hauteurs de Fréland. Le circuit de découverte balisé permet d’arpenter le village et ses environs en toute tranquillité. Fréland, est fier également de son patrimoine et de sa culture « Welche », c’est à dire romane dans un entourage germanique. Un musée du Pays Welche garde ces traditions.

paturage2-p-presentation
Mais le village ne serait rien sans ses agriculteurs de montagne qui entretiennent et façonnent ces paysages. Une production de lait, de fromages et de miel se poursuit de génération en génération.

A proximité de nombreux bastions touristiques alsaciens, Fréland offre une large palette de loisirs pour toute la famille, de détente et de découverte pour les amoureux de la nature. Ses hébergements variés (camping, hôtel, gîtes) vous permettront à coup sûr, de passer d’agréables moments.

Le Blason de Fréland

blason

1 arbre et 2 étoiles

Armoiries obtenues en 1696, l’arbre symbolise la richesse, la production et le travail du bois, les 2 étoiles symbolisent le minerai d’argent fondu à Fréland à partir de 1541. Ce minerai provenait des mines de Sainte-Marie-aux-Mines mais toute la forêt de cette ville ayant été épuisée par les fonderies, c’est à Fréland que se déroulait cette opération.

Une chronique légendaire fait dériver « Fréland » du mot allemand « frei-land », terre libre. Les premiers habitants, selon cette légende, auraient été des charbonniers employés à la fonderie qui n’étaient soumis, ni à la glèbe, ni à la dîme, ni à aucune espèce d’impôt, d’où « frei-land ».

Histoire

A l’époque romaine, un sentier empierré passait par Fréland et doublait ainsi le chemin le long de la vallée de la Weiss souvent inophoto-hist1ndé. Ce sentier permettait de se rendre au col du Bonhomme. Il faut cependant attendre 1311 pour trouver une première mention du village » Urbach« , le « ruisseau des aurochs ». Plus d’un siècle plus tard, en 1421, le village prend le nom de Frallan qui vient du latin « fragilis » et qui, dérivé, donne frâlay, éboulement de terrain.

Au moyen-âge, la communauté de Fréland faisait partie de la Seigneurie du Hohnack. Mais le seigneur, le sire de Ribeaupierre à partir de XIVe siècle, la tenait en fief de photo-hist2l’évêque de Bâle.

Au XIVe siècle, c’est une famille, les Pfaff qui la tenait en arrière-fief. La communauté était administrée par un prévôt nommé par le seigneur et des officiers élus chaque année. Quelques indications sur la population montrent qu’il y avait 250 chefs de ménage en 1580. Après la guerre de trente ans en 1648, le chiffre tombe à 60 bourgeois, chefs de ménage.

Cette terre rurale était principalement tournée vers l’agriculture, la forêt et l’artisanat. Jusqu’à la révolution, il existait des exploitations rurales avec un droit de justice : les Collonges. Sur les pentes des collines, le seigle, l’avoine, l’orge et les pommes de terre étaient cultivés. Cette production était toutefois insuffisante pour la consommation courante.

L’essentiel de l’élevage était celui de vaches laitières sur les chaumes. Les forêts quant à elles, apportaient un revenu important aux seigneurs qui les possédaient. L’économie consistait également en de hauts fourneaux de 1541 jusqu’à la guerre de trente ans. Les seigneurs de Ribeaupierre avaient installé ces derniers pour traiter le minerai d’argent extrait des roches de Sainte-Marie-Aux-Mines. Le bois frélandais fournissait le combustible indispensable à l’extraction du métal.

Il faut noter également l’existence au XVIIe siècle d’une confrérie du scapulaire de Sainte Marie du Mont Carmel. L’architecture témoigne aussi de cette dévotion à l’Église catholique. En 1706, une nouvelle église avecst-thiebault-hist8 trois autels est consacrée. Elle a disparu pour laisser place à l’actuelle du début XlXe siècle. Deux chapelles furent également construites, l’une au bas du village dédiée à St Gérard en 1740 et l’autre dédiée à St Thiébaut en 1771 (ci-contre).

Fréland depuis la révolution.

La révolution est synonyme de liberté puisque le village n’est plus sous la coupe de la noblesse. C’est aussi une période de troubles et de peurs. Les forêts sont alors surveillées contre les paysans agités. C’est le temps de la vente des biens nationaux pris à l’Église. Ainsi, le presbytère est vendu à un particulier. La commune hérite également de biens provenant du couvent des Clarisses d’Alspach. La chapelle Saint Thiébaut est même fermée au culte provisoirement. Néanmoins, c’est véritablement une nouvelle ère politique qui commence avec un pouvoir municipal qui prend peu à peu de l’ampleur.

Une fois les troubles de la révolution passés, Fréland prend un nouvel essor. C’est en effet au cours du XIXe siècle que les grands bâtiments historiques que nous connaissons aujourd’hui sortent de terre. Le premier grand chantier est la construction de l’actuelle église Notre Dame de eglise-hist7l’Assomption (ci-contre). Au début du XlXe siècle, l’ancienne église agrandie en 1706 tombe en ruine. Aussi, le conseil municipal décide de la remplacer. Le 1er avril 1823, on commence à démolir l’ancien bâtiment et le 17 avril 1824, la première pierre de la nouvelle église est bénite. La construction s’achève en 1825. Contrairement à l’ancienne qui était orientée W-E, la nouvelle est orientée NW-SE dans le sens de la vallée. Un orgue y est rapidement placé puisqu’en 1826, un orgue de Joseph Chaxel trône sur la tribune.

A partir de 1850, la quasi-totalité des grands bâtiments que nous connaissons est construite en l’espace de 50 ans. Dès 1840, l’école desphoto-hist4 garçons est achevée, suivie par celle des filles en 1856. La Mairie est construite dans le centre du village en 1864 ainsi que le presbytère entre 1866 et 1871. Dans le domaine religieux, la chapelle St Gérard de 1740 est reconstruite en 1876 par un habitant nommé Jean-Baptiste Bertrand. Un magnifique orgue de Louis-François Callinet vient remplacer l’Orgue Chaxel. Pour permettre l’élargissement de La Grand’Rue, la chapelle St Thiebaut est déclassée. Le maire Thomas et le curé Chevalier décident donc d’en construire une autre sur « Les roches du corbeau ». La chapelle musee-hist10de style Néogothique en grès rose du pays est achevée en 1898. Enfin l’hôpital communal est construit en 1908 pour accueillir les malades et les plus âgés.

Du point de vue politique, Fréland est devenu allemand en 1871 suite à la guerre franco-prussienne. Malgré le choc que cela a entraîné, les frélandais savent alors dépasser cette tragédie nationale.

Le bois fournit toujours la principale richesse de laphoto-hist3 commune. Les associations naissent comme la musique municipale crée en 1901. L’artisanat et l’agriculture sont florissants à la veille de 1914. La première guerre mondiale ne surprend pas les frélandais. Ils savaient qu’une guerre se préparait entre la France et l’Empire allemand cependant les frélandais, doivent se battre sous l’uniforme allemand. 47 d’entre eux ne sont pas revenus des tranchées. De durs combats se déroulaient au Linge et à la tête de Faux. Les frélandais restés au village devaient loger entre autre bon nombre de soldats allemands. Le village n’est redevenu français qu’en novembre 1918.

Après le premier conflit mondial, Fréland profite toujours de la richesse que lui offre sa forêt. La commune a été moins touchée en dégâts matériels que ses voisines. Les hommephoto-hist9s travaillent en forêt et aux champs. Une usine de tissage construite en 1925, le long de la rivière et l’usine de cartonnerie à Kaysersberg permettent le plein emploi. La vie n’est pas toujours facile et les hivers sont vigoureux. Le village offre en hiver comme en été, le spectacle d’une nature riche et splendide. Les paysages sont si attractifs qu’ils retiennent l’attention de Jean Renoir qui tourne les dernières scènes de « La Grande Illusion » sur les hauteurs du village et dans une ferme frélandaise en 1937.

Mais rapidement le bruit des bottes se fit entendre. Un nouveau conflit se préparait, terrible et angoissant. La guerre éclata le 3 septembre 1939. Cette guerre qui commençait devait être longue. De septembre 1939 à mai 1940, les frélandais assistèrent à la « drôle de guerre » sans combats. Pourtant le 10 mai 1940, les allemands attaquèrent par la Belgique et les Ardennes. Très vite le front français fut percé, plongeant le pays dans le désordre le plus total. Fréland fut occupé par les allemands le 19 juin 1940. Peu après, l’Alsace fut annexée par le Reich allemand. Le village fut donc à nouveau coupé de la France, et ce pendant 4 ans. Le gouvernement nazi envoya à partir de 1942 de jeunes frélandais combattre sous l’uniforme allemand. Ces « malgré nous » furent envoyés sur le front russe, en Grèce et sur la mer du Nord. Quant aux résistants frélandais, certains furent internés au camp de Shirmeck.

Au total, 35 frélandaises et frélandais ont perdu la vie pendant le conflit, ce n’est qu’en décembre 1944 que le village fut libéré par la 36ème Division d’infanterie US. Cette guerre a évidemment laissé des traces profondes dans le coeur des familles. Le monument aux morts de la commune est d’ailleurs là pour le rappeler aux jeunes générations.

photo-hist5 photo-hist6

Sources  :
Archives municipales
Archives paroissiales
Fréland/Haut-Rhin de Charles SCHILLINGER
La grande Illusion – Jean Renoir, Ed. Balland
Détours en Pays Welche – publication de la société d’histoire du canton
avec la précieuse collaboration d’Yvette BARADEL

 

Livres sur Fréland et le Pays Welche
( Vente à la Mairie et à La Société d’Histoire du Canton )

« Histoire d’un village du Pays Welche » par Guy Guérin. Portrait sentimental d’un Fréland oublié. Textes et photos, 143 pages, 18 Euros.

« Fréland / Haute-Alsace » par charles Schillinger. Tome I : recherches historiques et généalogiques sur Fréland des origines à la Révolution de 1789. Textes et illustrations, 327 pages, 43 Euros.

« Témoignages de la guerre 1939-1945 ». Recueil de témoignages de frélandais ayant vécu la guerre au village ou comme soldat. On y trouve notamment le statut si particulier des « Malgré-nous ». Texte et photos, 174 pages, 15 Euros.

« Du Val d’Orbey au Canton de Lapoutroie » par Yvette Baradel. Histoire du Pays Welche des origines à nos jours. Textes et illustrations, 198 pages, 25 Euros.

« Détour en Pays Welche » – Guide illustré, 80 pages, 5 Euros.

« Le Welche, tel qu’en lui même » par Gilbert MICHEL. Reber Editions. Ouvrage de 380 pages environ dont plus de 50 photos, cartes postales et documents et 1 CD avec des extraits du livre. 42 €

Le sentier découverte

Fréland, regards croisés sur les paysages du village

Un des cinq villages du « pays welche ». Un paysage tout en pentes sur lesquelles s’accrochent des fermes entourées d’arbres fruitiers et de prairies. Une multitude de sentiers et chemins parcourant des lieux-dits aux noms évocateurs : La chaude Côte, le Rain des Chênes, aux peines perdues, la Pierreuse goutte… Une grande forêt aux senteurs de pins et de chênes. La rivière l’Ur qui dévalle le village.

Le bruit d’une scierie et le bourdonnement des abeilles. L’odeur du bois scié et du miel…Ce sentier de découverte surplombe le village, emprunte le Vallon de la Taupré et redescend par Tibremont et la Chapelle Saint-Thiébault. Au fil de la balade, découvrez les mille richesses du paysage frélandais et appréciez ses magnifiques points de vue.

plan-du-sentier-decouverte

Quelques conseils pratiques :

  • Le sentier de découverte est une boucle de 7.5kms, d’une durée de 2h30 environ. Le panneau de départ du sentier se trouve en face de la Mairie. Dix haltes de découverte jalonnent le parcours. Jusqu’à la première halte, une montée un peu raide d’une centaine de mètres est à signaler.
  •  Un raccourci est proposé en pointillés sur le plan.
  •  Le sentier traverse des pâturages. Merci de respecter la tranquillité des animaux et de ne pas quitter le tracé.
  •  Pour rejoindre le vallon de la Taupré, il vous faut traverser la route départementale. Soyez prudent !
  •  Le balisage du sentier a été mis en place par le club vosgien (section de Lapoutroie).

livret-sentier-decouverte

Livret Sentier Découverte de Fréland disponible en mairie au tarif de 3,00 €

Le Conseil Municipal

Le conseil municipal est l’assemblée délibérante élue de la commune. Elle est chargée de gérer, par ses délibérations, les affaires de cette dernière. Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre ou sur demande motivée d’au moins le tiers de ses membres, mais il se réunit le plus souvent une fois par mois. Jean-Louis BARLIER, au départ adjoint au Maire en 1989 puis Maire de la commune depuis le 25 juin 1995 réalise donc aujourd’hui son 4ème mandat.

Le Conseil Municipal est composé aujourd’hui du Maire, de quatre Adjoints au Maire, d’un Conseiller Municipal délégué et de neuf Conseillers Municipaux.

Télécharger le règlement intérieur du Conseil Municipal


LES ELUS

Jean-Louis BARLIER

jl-barlier

Maire de Fréland
Président de la Commission : Economie, finances
Président de la Commission : Impôts directs
Président de la Commission : Plan Local d’Urbanisme
Délégué Communautaire à la CCVK
Délégué au Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges
Délégué au Syndicat Départemental d’électricité et de gaz du Haut-Rhin
Délégué au Syndicat mixte Montagne – Vignoble & Ried (SCOT)
Délégué au Conseil d’Administration de l’hôpital intercommunal du Canton Vert
Délégué à la commission consultative des pompiers


Martine THOMANN

m-thomann

1ère Adjointe au Maire
Vice-Présidente de la Communauté de Communes de la Vallée de Kaysersberg
Présidente de la Commission : Famille, enfance, jeunesse, écoles
Présidente de la Commission : Social et CCAS
Déléguée Communautaire à la CCVK


Michel BATOT

m-batot

Adjoint au Maire
Président de la Commission : Urbanisme, voirie communale, bâtiments communaux, services techniques


Véronique KLOSS

v-kloss

Adjointe au Maire
Présidente de la Commission : Environnement, fleurissement, amélioration du cadre de vie
Déléguée suppléante au Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges


Jean-Claude VILMAIN

jc-vilmain

Conseiller Municipal délégué
Président de la Commission : Agriculture, fôret, chasse, chemins ruraux
Délégué au Syndicat Weiss Amont
Délégué suppléant au Syndicat mixte des gardes champêtres intercommunaux (Brigade verte)
Délégué suppléant à la commission consultative des pompiers


Jean-Claude BARADEL

jc-baradel

Conseiller municipal
Délégué au sein du Syndicat Intercommunal d’Intérêts Agricoles


Christiane WERTENBERG

c-wertenberg

Conseillère municipale
Déléguée suppléante à l’Office de Tourisme de la Vallée de Kaysersberg


Sylvie BERTRAND

s-bertrand

Conseillère municipale


Laetitia KAMPER

l-kamper

Conseillère municipale
Déléguée au Conseil d’administration de l’association « La p’tite Graine »


Christian COUTY 

c-couty

Conseiller municipal
Délégué au Syndicat Intercommunal d’Intérêts Agricoles
Délégué au Syndicat mixte Montagne – Vignoble & Ried (SCOT)
Délégué suppléant au Syndicat Weiss Amont


Aurélien ANCEL

a-ancel

 Conseiller municipal
Délégué au Syndicat mixte des gardes champêtres intercommunaux (Brigade verte)
Délégué à l’école de Musique de la Vallée de Kaysersberg (EMVK)
Délégué au Grand Pays de Colmar
Délégué comme correspondant défense


Virginie BECOULET 

v-becoulet

Conseillère municipale
Déléguée au sein du Conseil d’Administration de l’association « Les Enfants de la Vallée »


Serena JUNG

s-jung

Conseillère municipale


Patrick FEIG

p-feig

Conseiller municipal
Délégué suppléant au Grand Pays de Colmar

Les Commissions communales

COMMISSIONS COMMUNALES
2014-2020

ECONOMIE, FINANCES
Président : Jean-Louis BARLIER
Membres : Tout le Conseil Municipal

IMPOTS DIRECTS
Président : Jean-Louis BARLIER
Membres : Martine THOMANN, Christian COUTY, Jean-Claude VILMAIN, Louis BARADEL, Jean-Jacques HENRY, Claudine MICHEL
Suppléants : Jean-Claude BARADEL, Patrick FEIG

URBANISME, VOIRIE COMMUNALE, BATIMENTS COMMUNAUX, SERVICES TECHNIQUES
Président : Michel BATOT
Membres : Jean-Louis BARLIER, Aurélien ANCEL, Jean-Claude VILMAIN, Martine THOMANN

PLAN LOCAL D’URBANISME
Président : Jean-Louis BARLIER
Membres : Michel BATOT, Aurélien ANCEL, Serena JUNG, Martine THOMANN, Christian COUTY, Jean-Claude BARADEL

AGRICULTURE, FORET, CHASSE, CHEMINS RURAUX
Président : Jean-Claude VILMAIN
Membres : Christiane WERTENBERG, Aurélien ANCEL, Patrick FEIG, Véronique KLOSS, Jean-Claude BARADEL, Christian COUTY

FAMILLE, ENFANCE, JEUNESSE, ECOLES
Présidente : Martine THOMANN
Membres : Serena JUNG, Laëtitia KAMPER, Sylvie BERTRAND, Virginie BECOULET

SOCIAL
Présidente : Martine THOMANN
Membres : Serena JUNG, Sylvie BERTRAND, Virginie BECOULET, Marcel WUCK, Claudine MICHEL, Michèle DIDIERJEAN

ENVIRONNEMENT, FLEURISSEMENT, AMELIORATION DE CADRE DE VIE
Présidente : Véronique KLOSS
Membres : Patrick FEIG, Laëtitia KAMPER, Jean-Claude BARADEL, Virginie BECOULET

VIE CULTURELLE, PATRIMOINE, TOURISME, COMMUNICATION
Membres : Christiane WERTENBERG, Aurélien ANCEL, Véronique KLOSS, Christian COUTY, Laetitia KAMPER

Urbanisme

CONSULTATION DU CADASTRE ET EXTRAIT

Le cadastre est consultable gratuitement sur internet à l’adresse suivante : www.cadastre.gouv.fr
Ce site permet également d’imprimer à domicile des extraits de plan du cadastre.


REALISATION DE TRAVAUX

Lorsque vous souhaitez réaliser des travaux vous devez préalablement en faire la demande à la Mairie.
Il existe différentes autorisations selon la nature des travaux envisagés :

Guide pour l’établissement d’un dossier de permis de construire

Pour plus de renseignements :

SERVICE INSTRUCTEUR DES AUTORISATIONS D’URBANISME
Communauté d’Agglomération de Colmar
1 place de la Mairie
68021 COLMAR Cédex

Instructeurs :

Mme Delphine EHRBURGER

E-mail : delphine.ehrburger@agglo-colmar.fr

Tel : 03.69.99.55.85

Mr Geoffrey BARTH

E-mail : geoffrey.barth@agglo-colmar.fr

Tel : 03.69.99.55.83


P.O.S

Il s’agit du document d’urbanisme réglementant les droits d’utilisation des sols de la Commune.

Pour connaître la réglementation concernant votre bien, vous pouvez contacter la Mairie en précisant la section et le numéro de la parcelle concernée.


PLUI

Vu la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain de 2000, la Commune de Fréland a mis en révision son POS en PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal).

La C.C.V.K a démarré l’élaboration d’un PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal), qui remplacera, à partir de 2018, les POS (Plan d’Occupation des Sols) et PLU (Plan Local d’Urbanisme) actuellement en vigueur dans l’ensemble des communes de la vallée.

Le PLU Intercommunal est un outil réglementaire qui fixe les règles et possibilités de construction sur le territoire de la communauté de communes.

Pour ce faire, il découpe le territoire en différentes zones : les espaces urbains, les zones d’urbanisation future, les secteurs naturels ou agricoles à protéger.

Plus de renseignements : ICI


SUBVENTION DE LA COMMUNE

La Commune de Fréland accorde une subvention pour le ravalement de façades des maisons de plus de 15 ans à hauteur de 10% dans la limite de 225 €.

Arrêtés de la commune

Engins bruyants

L’utilisation des engins bruyants (tondeuses à gazon, tronçonneuses, perceuses…) sur le territoire de la commune ne peuvent être effectuées que :

  •  les jours ouvrables de 7h00 à 20h00,
  •  les samedis de 9h00 à 19h00,
  •  les jours fériés de 9h00 à 12h00.

arrete-lutte-contre-le-bruit


Feux

Les feux sont interdits sur le territoire de la commune.

Des dérogations peuvent être accordées du 1er décembre au 15 mars à la Mairie avec indication de l’heure et du jour ainsi que la situation des terrains concernés.

Une coupe préalable et le ramassage en tas ou en andains avant incinération est obligatoire sous un délai de quinze jours.

L’incinération se fera par temps calme et le feu devra être éteint à 16h et il y a une distance à respecter sous la surveillance d’une personne pour maîtriser une éventuelle extension de l’incendie.

arrete-brulage-vegetaux


Déjections canines

Tout propriétaire ou détenteur d’animal domestique a l’obligation de ramasser les déjections faites sur la voie publique dans l’agglomération.

La commune met à disposition des présentoirs comcanicrotteportant des sacs et une poubelle pour y mettre les déjections aux endroits suivants :

  • à l’entrée haute de la zone artisanale (emplacement bus),
  • sur le mur de la salle des fêtes le long de la rue des sorbiers,
  • au croisement de la rue de Girogoutte et de la rue de Ploudaniel,
  •  à l’entrée basse du sentier à la rue de la Rouelle,
  •  à l’aire de jeux devant l’école maternelle,
  •  au croisement de la rue des Hauts-Jardins et de la Rochette.

arrete-dejections-canines


Arrêté stationnement Rue des pins

arrete-stationnement-rue-des-pins

Comptes-rendus Conseil municipal


2017

Séance du 11 décembre 2017

Séance du 23 octobre

Séance du 11 septembre

Séance du 3 juillet

Séance du 22 mai

Séance du 5 avril

Séance du 7 mars


2016

Séance du 15 février

Séance du 23 mars

Séance du 1er juin

Séance du 6 juillet

Séance du 21 septembre


2015

Séance du 26 janvier

Séance du 23 février

Séance du 25 mars

Séance du 27 avril

Séance du 15 juin

Séance du 19 août

Séance du 15 octobre

Séance du 16 décembre


2014

Séance du 12 février

Séance du 29 mars (installation du conseil)

Séance du 9 avril

Séance du 23 avril

Séance du 4 juin

Séance du 20 juin

Séance du 17 septembre

Séance du 20 octobre

Séance du 12 novembre

Séance du 10 décembre